EITAT, Ecole des Leaders en Art et Culture      L’Art nous Nourrit, la Culture nous Unis      Le FITAP, pour la diffusion, la professionnalisation des acteurs culturels, l’intégration africaine et le développement     

L’art est un moyen efficace pour communiquer des messages complexes et peut aider directement à répondre aux besoins imminents de nos communautés et de nos écosystèmes à travers des modes de sensibilisations efficaces.

 

L’OAC

L’Observatoire des Arts

et de la Culture

 

exerce un rôle d’éclaireur pour un large cercle de professionnels des arts et de la culture, d’experts et d’élus.

Il a pour mission de :

Observer - Etudier - Chercher - Débattre - Créer

 

  • Observer et connaitre la culture de l’autre
  • Débattre et développer le dialogue des cultures et les techniques de la parole
  • Etudieret préfigurer un centre d’études et de ressources pour accompagner, expérimenter, produire et présenter au public.
  • Chercher en mettant en place :
  • un centre de recherche et d’expérimentation in situ autour des arts et de la culture africaines
  • un SOCIAL LAB : laboratoire artistique, social et sociétal. Voir comment l’art peut-il symboliser un projet culturel de ville 
  • un LAB EDUCATION ET ART : Cette rubrique présente des acteurs et des initiatives visant à développer et à promouvoir l'art, la culture auprès des enfants ou adolescents.
  • Créer une plateforme d’échanges et de connaissances élargie aux acteurs des autres secteurs culturels, aux chercheurs, archéologues, sociologue, médiateurs culturels, communicateur, éducation, et diffuser les résultats et témoignages à travers divers médias.

 

L’OAC nous permettra de répondre à ces questions :

  • Les interventions de l’artiste peuvent-elles nous aider à recomposer des agglomérations fragmentées dans l’imaginaire des habitants et nourrir notre désir de mieux vivre ensemble ?
  • Aujourd’hui, comment donner sens à l’intervention artistique dans l’espace public ?
  • On voit de plus en plus les villes faire appel à la notion de territoire créatif. Dans quelle mesure l’intervention artistique et culturelle peut-elle être un facteur du développement économique ou du marketing territorial ?
  • L’intervention artistique peut-elle aider à construire de nouvelles synergies entre les acteurs artistiques et culturels et, au-delà, dans le cadre du développement des territoires ?
  • La relation de l’artiste à l’élu. Elle soulève de nombreuses questions, nous l’avons vu, et notamment celle de la difficulté à conjuguer liberté de création et service public. Comment vivez-vous cette relation au politique et comment peut-on l’analyser ?
  • Dans l’histoire des politiques publiques, le théâtre a, jusqu’à présent, tenu le premier rôle dans cette dialectique entre l’artiste et le politique. Aujourd’hui, n’est-ce pas les autres arts qui créent un nouveau dialogue avec le politique ? Je pense notamment aux arts « hors les murs » et à ceux qui ont su créer une nouvelle relation aux publics et aux territoires.
  • Est-ce que le fait de s’exposer, d’avoir des commandes dans l’espace public contribue au renouvellement des formes artistiques ?
  • Enseigner l’art, éduquer à l’art, sensibiliser à l’art… Quelle est pour nous la finalité d’une politique d’éducation artistique et culturelle (EAC) ?
  • Permettre à tous les enfants, à tous les jeunes de participer à des parcours réguliers d’éducation artistique et culturelle nécessite d’avoir en perspective une politique de généralisation. Cependant, sommes-nous armés pour une telle politique ?
  • Comment situez-nous le ministère de la Culture et ses services déconcentrés dans cette gouvernance ? Comment envisagez-vous les contributions des collectivités territoriales d’une part, de l’État d’autre part et notamment du ministère de la Culture et de la Communication pour le développement de l’EAC ?

L'ère numérique, un nouvel âge pour le développement culturel territorial, comment peut-il contribuer au développement de la culture et des arts ?