EITAT, Ecole des Leaders en Art et Culture      L’Art nous Nourrit, la Culture nous Unis      Le FITAP, pour la diffusion, la professionnalisation des acteurs culturels, l’intégration africaine et le développement     

La mise sur pied de ce groupe de recherche répond aux besoins d’information et de formation manifestés par de nombreux intervenants, organismes culturels et responsables municipaux qui cherchent à développer de nouvelles approches pour rejoindre leurs publics et impliquer la population dans le développement culturel.

Par ses activités de recherche, d’analyse et par des événements publics, ce Groupe de recherche contribue à l’enrichissement des pratiques professionnelles en médiation culturelle, à la documentation et à la réflexion autour de la participation des citoyens à la vie culturelle dans leur milieu de vie.

Il  a pour objectif de contribuer à l’avancement des connaissances relatives aux pratiques de médiation culturelle et à leurs enjeux sociopolitiques, en se constituant comme plateforme d’observation, de recherche, de mobilisation et transfert des connaissances, de formation et de réseautage pour le milieu académique et professionnel.

L’équipe interrégionale développe une approche multisectorielle et interdisciplinaire, associant des membres formés en sociologie, sciences politiques, communication, travail social, éducation, anthropologie, philosophie, histoire de l’art et pratique des arts.

 AXES A REALISER SERONT ORIENTES VERS :

Axe 1

Cet axe propose un examen réflexif des pratiques mises en œuvre au sein de l’Observatoire, en interrogeant leurs enjeux conceptuels, méthodologiques et épistémologiques. Dans quelle mesure la mise en perspective de la notion de médiation culturelle au sein d’une pluralité de notions et de pratiques connexes (médiation artistique, intellectuelle, scientifique, interculturelle, numérique),

En quoi la renégociation des rapports entre experts et profanes au sein des pratiques de médiation culturelle peut-elle inspirer un décloisonnement des processus de construction des savoirs entre chercheurs, praticiens et participants, notamment dans le cadre de méthodes de recherche-action, recherche-création, recherche-intervention et recherche évaluative ?

Axe 2

Cet axe interroge l’inscription des projets de médiation culturelle dans des territoires géographiques, des milieux de pratique et des écosystèmes professionnels, de façon à récolter des données d’observation en contexte. Comment les enjeux de médiation culturelle sont-ils différenciés en fonction de la spécificité des espaces et situations d’intervention où ils s’inscrivent (territoire central ou éloigné, caractéristiques des populations, politiques publiques, enjeux de développement durable) ? Quels sont les types d’actions et de stratégies caractéristiques des différents milieux de pratique où se déploient les projets de médiation culturelle (milieu scolaire, muséal, communautaire, artistique, municipal, de la santé) ? Comment les médiateurs culturels s’insèrent-ils dans un écosystème professionnel du point de vue de leur formation initiale et continue ainsi que de leurs conditions d’emploi (professionnalisation du métier, évolution des carrières, rémunération) ?

Axe 3

Cet axe approfondit les enjeux sociopolitiques liés à la pluralité des formes de médiation culturelle, en articulant leurs dimensions politiques et symboliques. Sous quelles conditions les approches de médiation culturelle peuvent-elles contribuer aux logiques de transformation sociale visant l’inclusion sociale et la diversité culturelle (en lien avec les communautés ethnoculturelles et immigrantes, les Premiers Peuples et les Inuits, les personnes sourdes et handicapées, la neurodiversité, l’accessibilité universelle) ? Quelle est la part de l’exploration esthétique dans les projets de médiation culturelle, et dans quelle mesure permet-elle de proposer de nouvelles formes de constitution des publics et d’expérience du commun ? Comment les pratiques de médiation culturelle s’articulent-elles avec les enjeux démocratiques (art public, gouvernance, mobilisation) et les diverses formes d’engagement et de participation citoyenne (incluant les formes émergentes de la citoyenneté culturelle, des droits culturels et de l’éducation à la citoyenneté mondiale) ?

Axe 4

  • Mise place d’une plateforme élargie aux autres secteurs

Créer une plateforme d’échanges et de connaissances élargie aux acteurs des autres secteurs culturels, aux chercheurs, écologues et scientifiques.

Ecologie et Développement durable est une plateforme visant à promouvoir un changement culturel, perçu en tant que processus soutenable permettant une évolution culturelle des sociétés et des modes de vie contemporains. Cette organisation lie des acteurs culturels actifs du continent africain. Le terme de développement durable permet d’exprimer le lien étroit entre les notions de justice sociale, de paix, de démocratie, d’auto-détermination, d’écologie et de qualité de vie.

Afin d’atteindre ces objectifs, il est nécessaire de développer une stratégie volontairement « culturelle» de la soutenabilité, basée sur l’idée que les médias, les arts, l’éducation, la communication, divers modes d’organisation ainsi que les émotions humaines, jouent un rôle décisif au sein de tout processus de changement social.

LES ENJEUX MAJEURS

Initier une approche culturelle et artistique de l’écologie et du développement durable

  1. Développer l’expression culturelle d’un projet de société :
  • Promouvoir une expression sensible, accessible à tous
  • Donner les moyens aux individus d’y participer
  • Donner aux acteurs de la culture un rôle clé dans l’animation du projet

 

  1. Promouvoir l’écologie comme thème de création :
  • Sensibiliser et mobiliser les artistes sur le thème de l’écologie
  • Produire des projets culturels sur le thème de l’écologie

 

  1. Diffuser l’écologie en tant que « bruit de fond » culturel :
  • Intégrer le développement durable dans les formations initiales des acteurs du secteur culturel • Créer des plates-formes d’échange et de connaissance entre les deux univers
  • Promouvoir l’intégration du développement durable dans les actions et productions culturelles.